Michèle BrousseNée à Perpignan d’un papa pianiste de jazz et d’une maman hôtelière, elle sillonne dès l’âge de 15 ans les routes de son département natal pour porter dans les villages le verbe de Molière avec le GRET, Groupe de Recherche et d’Expression Théâtrale (rires)

Bac en poche, sous la douce mais ferme pression de sa maman, elle présente à reculons un concours d’administration , hélas, elle est reçue à l’écrit première du département et se retrouve à 18 ans cadre et attachée de préfecture !Trois mois plus tard, elle découvre un matin dans le miroir son visage couvert de plaques rouges, colle immédiatement sa démission et boucle sa valise pour « monter » à Paris accomplir ses rêves.

Parcours classique, chambre de bonne et petits boulots, cours Périmony et la rencontre essentielle d’un merveilleux professeur : Tsilla Chelton.

Premiers pas sur scène au café théâtre avec les copains . A l’issue d’une représentation , Reiser, présent dans la salle lui propose de passer une audition pour la pièce de théâtre « Vive les femmes «  d’après ses bandes dessinées. C’est d’ailleurs elle qui chantera avec Roland Giraud la B.O du film avec un titre classé au top 50 alors que censuré sur les radios nationales, « Dites ,ça vous dirait… avec moi »!

Elle fait donc l’actrice au théâtre, au cinéma, à la télévision.

Et bien qu’elle ne sache coudre un bouton, ni un ourlet, elle tricote des chansons sans jamais les montrer.
Elle franchit un jour le pas (en 2010 )lors d’un stage au Sunset de jazz vocal avec Letizia Morelli et Sonia Alvarez, dans lequel elle travaille ses propres titres.

En confiance, elle auditionne à l’ACP Manufacture Chanson pour une formation en parcours professionnel. Au terme d’une petite résidence, elle présente en 2013 aux ACP une mini comédie musicale « Tante Berthe », dans laquelle elle joue deux personnages ,sous la direction de Laurent Malot. Elle est accompagnée de Thibaut Gérôme aux claviers et d’Alain Richard à la batterie et au steel drum.

Le 18 novembre 2014,elle fête la sortie de son premier album autoproduit « La Madone des paumés »,titre d’une de ses chansons composée par Joël Favreau , lors d’un concert à l’Auguste Théâtre. Elle y retrouve Thibaut Gérôme et Alain Richard, avec un nouveau venu, Yvonnigh Chalot à la contrebasse et au soubassophone !

Photo : Carlotta Forsberg